Abonnez-vous à ma Newsletter

Seychelles,
Les rescapés des îles granitique

Les Seychelles sont un véritable paradis sauvage. Cet archipel d’îles granitiques abrite une flore et une faune unique au monde. En plus de ces plages de rêves, c’est un modèle en matière d’éco-tourisme et de conservation, cinquante pourcents du territoire est protégé afin de préserver les espèces sauvages qui y vivent. Certaines espèces ont même été sauvé d’une extinction programmé.

Maxime Aliaga

Situé au beau milieu de l’océan indien, l’archipel des Seychelles s’est séparée de l’Afrique il y’a des millions d’années. Cet isolement géographique a permis à la faune locale d’évoluer séparément créant ainsi de nouvelles espèces qu’on ne trouve aujourd’hui nulle part ailleurs. Tortue géante d’Aldabra, Fauvette des Seychelles et Pie chanteuse sont autant d’espèces endémiques qui ne vivent qu’aux Seychelles.

Tortue géante d'aldabra (Aldabrachelys gigantea)
Tortue géante d'aldabra (Aldabrachelys gigantea)
Seychelles Magpie-Robin (Copsychus sechellarum)
Seychelles Magpie-Robin (Copsychus sechellarum)

Nature Seychelles, conservation « success story »

Nature Seychelles est une ONG seychelloise œuvrant pour la conservation de la faune sauvage depuis plus de 40 ans. Impliquée dans une multitude de projets, l’organisation agit dans le domaine scientifique, l’éducation et la gestion de réserves naturelles. C’est notamment elle qui gère l’île de Cousin véritable « success story » en matière de conservation d’espèces sauvages.

Comment la Fauvette des Seychelles à été sauvé de l'extinction ?

Il y a quelques décennies, la fauvette des Seychelles (Acrocephalus sechellensis) était sur le point de disparaître, avec seulement 26 individus recensés. Cependant, grâce aux efforts de réhabilitation de son habitat naturel menés par Nature Seychelles sur l’île de Cousin, cette espèce est aujourd’hui en voie de récupération. La population de fauvettes des Seychelles a augmenté de façon spectaculaire pour atteindre plus de 3000 individus aujourd’hui. Pour s’assurer de la survie à long terme de cette espèce, une partie de cette population a été relocalisée sur des îles voisines. Cette histoire est un véritable exemple de réussite dans la préservation des espèces en danger et un modèle inspirant pour les efforts de conservation à venir.

Une vigie pour la protection des océans

Les Seychelles, ont fait de la préservation de leurs écosystèmes marins une priorité absolue en raison de la valeur inestimable de leur patrimoine naturel. Sur l’île de Cousin, l’ONG Nature Seychelles joue un rôle clé dans la surveillance des pontes de tortues marines. L’île est l’un des principaux sites de ponte de la tortue imbriquée (Eretmochelys imbricata) dans l’océan Indien, une espèce qui figure sur la liste rouge de l’IUCN des espèces en danger critique d’extinction. Malheureusement, la pollution, la destruction de leur habitat naturel, la fragmentation de leurs zones de reproduction, la pêche illégale et les captures accidentelles dans les filets de pêche sont autant de facteurs qui ont contribué à la disparition de ces tortues. Les efforts de préservation de l’île de Cousin et de Nature Seychelles visent à protéger cette espèce en danger critique et à garantir la survie à long terme des tortues marines.

Étudier pour mieux protéger

Chaque année, de septembre à février, les plages sauvages et protégées de l’île de Cousin attirent des centaines de tortues qui viennent y pondre leurs œufs précieux. Encadrés par le responsable scientifique de l’île, qui est chargé d’étudier et de protéger l’espèce, des volontaires venus du monde entier viennent apporter leur soutien pour collecter des données sur les tortues. Une surveillance quotidienne est mise en place pour répertorier les lieux de ponte et toutes les tortues sont identifiées à l’aide d’un système de baguage métallique qui comporte un numéro unique. L’ensemble de ces données permet de suivre l’état des populations et leur évolution, assurant ainsi la protection de cette espèce précieuse.

Le paradis retrouvé pour les oiseaux marins

L’archipel tropical des Seychelles, est un véritable paradis pour les oiseaux marins, grâce notamment à ses eaux riches en poissons. Des milliers d’oiseaux marins tels que la Gygis blanche (Gygis alba), le Phaéton à bec jaune (Phaethon lepturus) et le Noddi brun (Anous stolidus) viennent nicher en masse sur les îles environnantes. Cependant, leurs populations ont considérablement diminué en raison de l’introduction de prédateurs tels que les chats et les rats. Beaucoup d’îles, comme l’île de Cousin, ont lancé des programmes pour éradiquer ces animaux nuisibles et protéger les nichées d’oiseaux marins. Heureusement, ces efforts ont porté leurs fruits, et les populations d’oiseaux marins continuent d’augmenter, offrant de l’espoir pour la pérennité de ces espèces caractéristiques des Seychelles.

Un exemple pour le reste du monde

Les Seychelles ne sont pas seulement connues pour leurs plages de rêve, leurs hôtels de luxe et leurs îles romantiques, elles sont également un véritable paradis sauvage doté de richesses naturelles inestimables et uniques. Grâce à leur politique de préservation de la nature, à leurs programmes de conservation et à leur développement de l’éco-tourisme responsable, les Seychelles ont réussi à sauver des espèces de l’extinction et sont devenues un exemple inspirant pour le monde entier en matière de protection de la nature. Les Seychelles sont donc un lieu idéal pour les amoureux de la nature qui souhaitent découvrir un écosystème préservé tout en contribuant à sa protection.

Image
Maxime Aliaga
Photographe de nature
Je suis photographe de nature professionnel, je publie mes articles sur la faune sauvage et sa conservation dans la presse et différent média. Plus qu'un artiste je suis un messager, un témoin privilégié de la nature sauvage et je m’efforce par mon travail de partager sa beauté, sa nécessité et ses enjeux de conservation.
Max Aliaga

0
    0
    Panier
    Votre panier est videReturn to Shop